Sur nous (Franzö­sisch)

Suppression des sanctions pour ‚Hartz IV’

L’Agenda 2010, ainsi que la légis­lation résul­tante concernant le régime Hartz IV (équivalent du RSA en Allemagne), engendrent sciemment pauvreté et privation de droits, ce qui nous concerne tous, direc­tement ou indirec­tement, aujourd’hui ou demain.

Nous exigeons la suppression immédiate du travail obliga­toire et des sanctions inscrites dans le code de la Sécurité sociale allemand § 31 und § 32 SGB II, non conformes à la Loi fonda­mentale allemande et aux droits de l’Homme.

L’Agenda 2010, et notamment les lois Hartz IV, né touchent pas seulement les 10 millions de personnes direc­tement concernées. Les lois Hartz IV déploient leurs forces destruc­trices sur toute la société via la pression exercée sur les salaires et les contrats de travail.

Les chômeurs sont contraints d’accepter des mesures d’emplois précaires ou inappro­priées pour pouvoir subsister.

Dumping salarial et bas salaires tirent les salaires concur­rents vers le bas. Des emplois fragiles, limités et mal payés se développent de manière épider­mique et remplacent les contrats de travail régle­mentés.

Cette expansion du secteur des bas salaires et cet appau­vris­sement d’une grande partie de la population sont voulus par les décideurs politiques allemands et s’exportent maintenant dans une grande partie de l’Europe. L’Allemagne contraint des Etats membres comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne à diminuer les salaires. Le modèle Hartz IV est également recom­mandé à d’autres pays. Le président français François Hollande a ainsi rencontré fin janvier Peter Hartz, le père de la dérégu­lation du marché du travail en Allemagne. Hartz IV devient le modèle à exporter adns toute l’Europe.

Nous voulons supprimer les lois Hartz IV qui méprisent la dignité humaine en vantant la mise en place de services „modernes“ sur le marché du travail. Nous exigeons le droit à un revenu d’existence incon­di­ti­onnel.